Sélectionner une page

TEMPS DE LECTURE : 3 Minutes

 

Bonjour à toi mon très cher liseur,

 

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet très intéressant pour vous, si comme moi vous aimez particulièrement compter les mots dans vos romans : Le nombre compte-t-il vraiment ?

 

LES BASES

 

Pour répondre simplement à la question énoncée, oui le nombre de mots compte dans un livre. Alors si vous y faite attention, c’est bien. Si vous y faites trop attention, moins. On peut rapidement rentrer dans un engrenage où le nombre vaut mieux que la qualité.

Mais dans sa globalité, le nombre de mots dans un livre reste très important peu importe votre domaine d’écriture, romans, policiers, historiques, fantastiques, etc, car il vous permettra de :

  • Vous fixer des objectifs quotidiens
  • Découper les chapitres de votre livre
  • Respecter les quotas des maisons d’éditions
  • Voir votre progression dans l’histoire
  • En résumé de savoir où vous en êtes ! 

 

ALLONS UN PEU PLUS LOIN

 

Mais alors comment savoir si notre manuscrit en contient trop, ou pas assez ?

Pour faire simple, en règle générale pour n’importe quel genre, un manuscrit doit contenir au minimum 40.000 mots pour être classé comme un roman. En dessous, il s’agira plutôt d’une nouvelle.

Cependant, si vous souhaitez vous faire publier sachez que ce chiffre est le minimum du minimum qu’une maison d’édition acceptera de publier. Compter 60.000 mots dans la majorité des genres, si vous voulez vous donner le plus de chance. 

Un peu plus c’est bien, mais attention à pas trop écrire. Un pavé de l’ordre de 100.000 mots, pour un premier roman publié, peut dissuader grand nombre de maisons de vous publier.

En effet, plus de mot, veut aussi dire plus de page à imprimer et donc un investissement bien plus important !

 

UN ORDRE DE GRANDEUR COMME REPÈRE !

 

Pour vous donner deux exemples d’auteurs très connus qui sont à l’opposé en termes de mot par livre, il y a Guillaume MUSSO qui écrit environ 55.000 mots par livres alors que son confrère  Ken FOLLET en écrit bien davantage de l’ordre de 200.000 ! Ce nombre est absolument gargantuesque pour un premier manuscrit, de ce fait si vous l’atteignez et que vous ne souhaitez pas le diviser en Tome pour être potentiellement publié chez un éditeur, optez tout de suite pour l’autoédition (Article). 

 

CONSEIL : Lors de votre publication en auto-édition il s’agira quand même de garder les codes des maisons d’édition traditionnelles. Il faut tenter d’attirer l’attention des lecteurs de tout horizon. Ne lésinez pas sur le nombre de mots, mais soyez tout de même cohérent avec ce qu’il se fait sur le marché. Ne sortez pas vos clients potentiellement de leur zone de confort.

LIEN TRÈS UTILE

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le nombre de mots par genre que peut contenir un livre publier dans le commerce, je vous conseille un article vraiment complet de Roxane DAMBRE. Il est à mes yeux le plus intéressant sur ce sujet : ICI 

 

À RETENIR

 

Écrivez, le but étant de terminer votre manuscrit. Dans tous les cas lors des relectures, vous allez enlever et ajouter de nombreux mots. Alors si vous le faites déjà, continuer à compter si cela vous permets d’avancer et fixez-vous des objectifs journaliers.

Un roman s’écrit un peu plus chaque jour ! 

 

INFO + : Généralement une maison d’édition va vouloir connaître non pas votre nombre de mots dans votre manuscrit, mais votre nombre de caractères espace compris ou « CAC ». Pour cela rien de plus simple, multiplier par 5,7 votre nombre de mots et TADA vous aurez un début de réponse viable. Exemple : Un roman de 50.000 mots fait -> 50.000 x 5,7 = 285.000 CAC 

 

J’espère avoir répondu à une ou plusieurs de tes questions, à très bientôt et passe une agréable fin de journée !