Sélectionner une page

  

TEMPS DE LECTURE : 4 Minutes

 

Bonjour à toi mon très cher liseur,

Pour mon premier véritable article de mon blog, j’aimerais m’attaquer à ce monde dans lequel j’ai décidé de me lancer et pour lequel il faut savoir se différencier, celui de l’autoédition.

Alors pour commencer à un parler d’un sujet, il faudrait d’abord pouvoir le définir.

 

QU’EST-CE QUE L’AUTO-ÉDITION ?

 

« L’auto-édition ou autoédition consiste pour un auteur à prendre lui-même en charge l’édition de ses ouvrages, sans passer par l’intermédiaire d’une maison d’édition. L’ouvrage peut être imprimé ou en format numérique. »

*définition provenant de Wikipédia France.

 

UN MONDE DE REQUIN ?

 

Maintenant que nous savons précisément ce qu’est l’autoédition, pourquoi ce monde si connu dans les mœurs pour être celui des intellectuels, pourrait être un monde de requin ? La réponse ne tient quand quelques mots : La part de marché qui nous est attribuée ! Pour ceux qui pensent tout d’abord que de s’autoéditer est un jeu d’enfant, je vous arrête tout de suite, vous vous leurrez. J’ai édité de nombreux livres en tant qu’auteur autoédité et je peux vous assurer que la charge de travail est bien plus importante que les auteurs qui passent par une maison d’édition traditionnelle. Je vous écrirai un article sur ce sujet dans peu de temps d’ailleurs : « Autoédition ou maison d’éditions traditionnelle ? »

 

POURQUOI JE MENTIONNE LA PART DE MARCHÉ ?

 

C’est assez simple. Lorsque l’auteur choisit de s’autoéditer, il doit tout faire soi-même. Écrire, il en va de soi, mais également corrigé son manuscrit, créer une couverture attrayante, mettre en page son roman, faire la promotion sur les différents supports de communication et j’en passe.

Sauf que tout cela à un cout et celui-ci est relativement important lorsque l’on met bout à bout tous les posts que je viens de citer précédemment.

Alors une fois ce travail titanesque accompli ainsi qu’une petite liasse de billet déjà investie, le plus dur est en réalité à venir, car la part de marché que doivent se partager les auteurs autoédités restent faibles comparés à celui des maisons d’éditions traditionnelles ! 

 

ET POURQUOI SERAIT-ELLE MOINS IMPORTANTE POUR LES AUTEURS INDÉPENDANTS ?

 

La raison est principalement psychologique. Dans la tête du lecteur traditionnelle, lecteur qui lit certainement depuis des lustres, est ancrée de vieilles habitudes. Comme lire son auteur préféré ou acheté des livres de nouveaux auteurs provenant de grandes maisons d’éditions dont il a l’habitude de suivre les publications. Ou bien encore de lire des livres qui ont eu de grand prix et pour lequel ils sont plus ou moins certain de dépenser de l’argent dans une valeur sûre (GONCOURT / DES LIBRAIRES / RENAUDOT / FNAC / etc). 

Tout cela fait qu’au bout du compte, très peu de lecteur sont prêts à mettre la main à la poche pour nous… Et quand bien même il franchit ce cap difficile, il ne suffit généralement que d’un livre autoédité, mal finis, pour que le lecteur rebrousse chemin et n’aille acheter le dernier livre de Guillaume MUSSO qui est sortie. 

Maintenant, je fais de la généralité, sur ce que j’ai pu constater de mes ventes et/ou analyses sur les deux dernières années.

 

À RETENIR !

 

Ce qu’il faut donc retenir, c’est que les lecteurs sont très peu nombreux à vouloir mettre de l’argent dans un livre qui n’a pas été choisit par un commité, qui n’a peut-être pas bien été corrigé, que la couverture ne fait pas aussi professionnelle que si vous faisiez appelle à de vrai designer. 

Et il faut également ajouter à ça que nous, les auteurs autoédité somme de plus en plus nombreux à espérer pouvoir vivre de cette passion et donc que les nouveaux livres afflux en masse dans ce marché déjà saturé.

Alors pour espérer vendre en tant qu’auteur autoédité, il faut se faire connaitre et pour se faire connaitre il faut vendre. Lorsque vous aurez compris ce monde de requin alors peut-être que vous arriverez à trouver le moyen de tirer votre épingle de ce jeu malsain ou masse de travail ne reflète pas forcément le salaire à l’arrivée, mais bon, nous faisons ça avant tout pour la passion.

Je vous propose de lire « Comment vendre un livre » de Joanna PENN, qui explique correctement tous les procédés à suivre pour arriver à se démarquer !

 

J’espère avoir répondu à une ou plusieurs de tes questions, à très bientôt et passe une agréable fin de journée !